Dans le smartphone de Julien Granel


©JadeRoche

Bagarreur? Oui, mais avec des couleurs, du rose, des épines et des fleurs. Julien Granel surgit d'un univers arc-en-ciel, qui reflète sa musique "dansante et rentre-dedans." Un free style pop où l'on retrouve une larme de Daho, deux traits de disco et beaucoup d'à-propos. Le chanteur de 23 ans, originaire d'un village des Landes, a d'abord fait ses gammes au conservatoire (piano, solfège) avant d'aligner 100 concerts durant les années lycées, un parcours de fluokid nourri de ses coups de coeur musicaux pour le label Ed Banger, Mika, David Bowie, Elton John. Son EP Bagarre Bagarre, plein de sons bondissants et de sens éloquents, et riche d'une volonté d'engagement, prolonge une tournée au côté de sa copine Angèle. L'occasion de lui demander de déverrouiller son smartphone.


Votre téléphone vous a-t-il servi dans la création de ce EP ?

Oui, par exemple, la fin du morceau Bagarre Bagarre a été enregistrée avec mon smartphone. Je jouais en Biélorussie et à cette occasion, j'ai répondu à des interviews. J’ai eu l'idée d'enclencher le dictaphone et j'ai intégré la voix de la traductrice dans la chanson. L’appli photo m’a aussi beaucoup servi en tournée, quand j’assurais les premières parties d’Angèle. Cela m’arrivait de poser le téléphone derrière moi pendant les concerts pour filmer la scène, capter l’énergie du set, avoir un point de vue qui me permettait de voir la réaction du public. Repasser ce replay de la vraie vie me redonne un élan de confiance, de joie, une re-motivation.


Des chansons nées de ces vidéos de concert ?

Le morceau Danse encore découle de ces vidéos et du sentiment général de cette tournée où j’ai été projeté dans les Zénith grâce à Angèle {+ d'Angèle ici) dans une bulle totale à la fois d’isolement, dans ma loge, et de surexcitation, sur scène. Les photos du fil Instagram me permettent aussi de réactiver des émotions. Le EP raconte un chapitre de ma vie, entre la fin de l’adolescence et aujourd’hui. Bagarre Bagarre relate mon arrivée au lycée. Les nuits sont toutes les mêmes, la vie à Bordeaux, à Paris, en tournée.

Un livre, une exposition, un film inspirant?

Le tableau de David Hockney, Portrait of an artist, que j’avais vu lors de la rétrospective à Beaubourg. Je l’ai tout de suite photographié et mis en fond d’écran. Cette personne qui se regarde à travers son reflet m'a inspiré le texte de La Piscine, réflexion sur la question artistique, les réseaux sociaux ou sur ma vie.


3 applis à recommander?

Spotify que j’écoute tous les jours. Instagram, pour communiquer ou partager la musique. PicsArts qui a une option détourage. Je l’utilise pour faire des montages où je place mes amis dans des situations absurdes.

Les paysages qui vous inspirent?

Les Landes, pour leur calme apaisant, les horizon infinis, le rythme en contraction avec mon hyperactivité. J'ai grandi dans un village au milieu de la forêt. Et Biarritz où je me suis enfermé deux semaines en février, face à l’océan, pour composer. Je faisais des photos de la mer, des ciels oranges vifs et roses.

Le SMS, la photo, la vidéo que vous n’effacerez pas?

La vidéo d’un concert en appartement à Bordeaux, devant 20 personnes. Angèle jouait aussi, elle n’avait pas encore enregistré ses chansons. On s’est rencontrés là, notre vision commune de la pop française nous a rapprochés. Et son humour, elle est hyper drôle.



Un achat récent sur internet?

Les tenues de cow-boy disco de mon dernier clip commandées à Kid Super, un créateur de Brooklyn rencontré via Instagram.


©JadeRoche

Une recherche Google récente ?

Finaud et So, les deux lutins de Oui Oui. On surnomme un ami Finaud et comme il a un frère jumeau, j’ai cherché Sournois, sur Google Images pour lui montrer.

3 comptes Instagram à suivre?

The YoungHerborist tenu par Gary {Neveu, un de mes amis, créateur de la marque Walk in Paris, avec Léo Walk {+ de Léo Walk Ici). Il est passionné de plantes et j'aime sa démarche poétique. En ce moment, il accroche dans Paris, de vieilles baskets dans lesquelles il a planté des fleurs. Ramen Polanski, découverte sur Instagram. Elle mêle art contemporain, culture ultra-numérique et pop et a travaillé sur la pochette de mon EP. Et Lossapardo, musicien, chanteur, peintre. Magnifique.

Qui sur votre playlist?

J Lloyd. J’ai pris une claque avec son album Kosmos. Vegyn: Blue Verb a une prod barrée, un groove fou. Et Darius car le côté planant d'Equilibrium va faire mon été.


Bagarre Bagarre. Cinq7/Wagram.

© 2018/2020 by Gilles Medioni