Tomasi, le rappeur en peignoir d'intérieur


(c) Guillaume Farkas

Comme à la maison, dans sa salle de bain, Tomasi chante vêtu d'un peignoir rouge des textes gorgés d'obsessions: filles, introspection, plans mytho... Ce rap qui n'en a pas toujours l'air mêle le chaud du flow au froid de la dépression, bref les boires et les déboires, et est soutenu par une série de clips inventifs. L'ancien étudiant en cinéma soigne son image. On l'a vu statique imprimé sur time-lapse (Hapy Ending), évoluer dans des split-screens et des rideaux de sopalin (Du Sxxxxe sur mon peignoir).

Dans son dernier clip, Menteur, menteur, réalisé par Nicolas Garrier, Tomasi (aka Greg) se promène au fil d'un plan-séquence recherché - décors peints à la main.

Un autre péril jeune, ce Tomasi-çi, roi des menteurs et des glandeurs. ?



EP: Somnabule (4 octobre)

A La Java (Paris), le 26 septembre, dans le cadre des soirées Kimono, avec Le Renard et la tortue, Trente...

© 2018/2020 by Gilles Medioni