Stéfi Celma à deux cent pour cent

Mis à jour : nov. 21


(C) Eye_Shoot_Stuff

Le charme et la candeur de Sofia Leprince dans Dix pour cent, et ses débuts de chanteuse au fil de la série avec pour partenaire Julien Doré, ont braqué les projecteurs sur Stéfi Celma. Mais les amateurs de chanson l'avaient déjà repérée notamment dans J'me voyais déjà, coup de chapeau à Charles Aznavour ou aux César, avec La Chanson d'un jour d'été (Les Demoiselles de Rochefort), entonnée, avec Hollysiz. La diffusion de Dix pour cent sur Netflix aux Etats-Unis a séduit Michael Mayer qui a enrôlé Stéfi Celma dans Happy time, un huis-clos politico-social qui se déroule un soir de shabbat. Et pour Gérard Jugnot, elle vient de jouer Le Petit Piaf; elle y est incarne la maman d'un petit candidat à The Voice Kids, originaire de La Réunion. Avec son single La Maison de terre, qui sort début novembre sur son label Moyo Productions, Stéfi tisse aujourd'hui un lien avec la douceur de Cesaria Evora, soutenue par des paroles libres et modernes sur les femmes et les hommes et par le clip de Ruben Alves avec qui elle a tourné Miss. L'occasion de la soumettre à l'interview Roulette Ruse.Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.


1. Artiste, hasard ou vocation?

La musique m’a amenée à la comédie, j’ai continué à jouer par plaisir. C’est en composant chez moi et en postant des morceaux sur MySpace que j’ai été contactée pour la tournée du spectacle Sol en Cirque. Ensuite, je me suis produite dans J’me voyais déjà, et j’ai passé des essais pour un rôle de jumelles, l'une introvertie, l'autre extraverties. J’étais en studio d’enregistrement quand on m’a annoncée que j’étais choisie et commençais le tournage d'une série sur TF1 deux semaines plus tard. Mais tout m’a finalement ramenée à la musique. Par exemple, le scénario de Case Départ m’avait inspirée une chanson. J’ai débarqué sur le plateau avec ma guitare, pour le plaisir. Un soir, je l’ai chantée à Fabrice Eboué et Thomas Ngijol, et ils l’ont gardée pour la b.o.




32. Votre mot fétiche du moment?

Moyo, c’est le nom du label que j’ai créé avec Imani Assumani et qui signifie coeur, en swahili. J’ai fait un petit passage en maison de disque, mais ma démarche était trop désintéressée pour subir les contraintes stratégiques. Moyo Productions crée un lien entre Paris, Bruxelles et Kinshasa, met en valeur des artistes comme Camille Yembé, une artiste belgo-congolaise qui signe les paroles de Maison de terre. Ou MPR, un groupe de Kinshasa. Notre but est de les accompagner en management, d’apporter des conseils juridiques.


12. Une anecdote du casting de Dix pour cent ?

J’étais allée à l’audition la guitare sur le dos car c’était un 21 juin, jour de la fête de la musique. Cédric Klapisch l’a intégrée dans l’histoire.



7. La ville qui vous inspire?

Kinshasa (République Démocratique du Congo) m’a bouleversée par son authenticité et son urgence de vivre. Je suis Martiniquaise et c’était la première fois que je me rendais en Afrique Noire pour connaître mes racines - une de mes tantes, historienne, m’avait dit que nos ancêtres venaient du royaume Kongo. Ce voyage a bousculé ma vision de la vie. Ma rencontres avec des musiciens virtuoses au jeu spirituel a changé mon approche de la guitare.


(C) Eye_Shoot_Stuff

30. Qu’avez-vous fait avec votre premier cachet?

C’était pour Sol en Cirque. J’étais très raisonnable et cela m’a permis de vivre un peu mieux car je suivais en parallèle des études en sciences sociales et habitais dans un 10 m2.


21. Un disque qui a changé votre vie?

Il y en a tellement. J’ai beaucoup écouté les disques de Cesaria Evora très jeune, sans comprendre pourquoi elle me touchait à ce point. En me penchant dessus plus à fond à l'adolescence, j'ai saisi cette mélancolie profonde. J’ai aussi « saigné » The Miseducation of Lauryn Hill. Les albums de Maurane au blues velouté. Ceux d'Asa, qui allie si bien l’anglais à sa langue natale. J’ai l’impression qu’une amie me chante dans le creux de l’oreille.


3. Avec quel instrument de musique jouez-vous?

J’ai suivi une formation de piano classique au Conservatoire et appris la guitare en autodidacte en visionnant des vidéo de bossa nova de Joao Gilberto. Dans Maison de terre, je joue de tous les instruments, à part la basse.



19. Une chanson qui vous rappelle votre enfance?

Les disques qu’écoutaient mes parents: Compay Segundo, Michel Berger, Malavoi… Et aussi Glory Hallellujah que chantaient en concert ma tante et mes cousins. Ils se produisaient dans plusieurs groupes de gospel à Paris. Cela me donnait une énergie folle.


27. Une date artistique importante?

Dix pour cent a clairement transformé ma vie, nos vies à tous, et ouvert des portes. Pour moi, c’était une grande première. Je me suis retrouvée en partie dans le personnage de Sofia, spontanée, naïve. Je l’ai beaucoup aimée. Elle m’a fait grandir et m’a appris sur moi. Visionner la dernière saison, où les héros vivent beaucoup de remises en question, était très particulier, cela marque la fin d'une aventure.




© 2018/2020 by Gilles Medioni