Silly Boy Blue so Bowie

Mis à jour : mars 28


(c) Seb Lepré



Ana de Nantes c'est Silly Boy Blue, un groupe à elle seule qui mélange toutes ses influences, la new wave éthérée, recouverte de passions tristes. Ou de guitares pour cerner les colères joyeuses de son premier EP, You Will. A 23 ans, la surdouée de la pop, Prix des iNOUiS au dernier Printemps de Bourges, est aussi une érudite bardée de diplômes - son mémoire portait sur "les corps androgynes dans la pop, de David Bowie à Mykki Blanco en passant par The Cure."


Pour Ana Benabdelkarim, également journaliste (passée par Les Inrocks), c'est aujourd'hui l'été de tous les festivals: le Champs Elysées Film Festival, le Fnac Live, Les Francos de La Rochelle... La route est à elle. A cette occasion, la chanteuse se prête au tirage aléatoire de la roulette ruse, chaque numéro correspondant à une question.

15. La musique est-elle cathartique?

Terriblement. Fatalement. Pour toujours et à jamais. La catharsis est même le but premier. J’ai commencé à écrire des morceaux comme si je me confiais à un journal intime. A travers mes chansons, je me livre totalement, même mes amis proches en apprennent sur moi.


2. Plus d’amis ou d’amies?

Les deux. J’ai eu la chance d’être éduquée avec deux grands frères et j’ai très vite saisi les codes masculins. Je déteste le patriarcat mais je ne suis pas une fille qui déteste les filles ou une fille qui déteste les garçons.




31. Un film, un livre de chevet?

David Bowie, bien sûr: mon nom d’artiste est emprunté à un titre de ses débuts, où il dit « one boy breaks a rule ». Et celui de mon EP, But you will, renvoie aux dernières phrases de Eternal Sunshine of the spotless mind, de Michel Gondry. C’est une façon de rendre hommage à ce film qui m’a inspirée et aidée. De la même façon, je porte des tee-shirts de Roméo + Juliette, de Cher , Britney Spears, ou de Edward aux mains d’argent.


34. Comment naît une chanson?

Cécilia, par exemple, a surgi dans une rue. Je vivais une relation douloureuse avec une personne et on se parlait devant un magasin à Strasbourg-Saint-Denis. Le seul point où je pouvais me raccrocher pour ne pas perdre pied dans cette situation dramatique était cette enseigne lumineuse: Cécilia.




1. Une chanson qui vous rappelle votre enfance?

A la maternelle, on avait accès à un très vieil ordinateur. Sur la page d’accueil, j’ai entendu un jour « ch ch ch ch changes », de David Bowie. J’étais avec un petit garçon, Léo, avec qui je suis toujours en contact. On a tous les deux aujourd’hui encore un souvenir très vif de cet instant, et de notre fou-rire d’enfant.


17. Une ville, un pays inspirant?

Londres, pour l’héritage musicale et parce que j’y ai vécu beaucoup de choses avec des ex ou des amis, que l’on retrouve dans mes chansons. Hoxton est le seul endroit où je me sens chez moi. J’ai appelé un morceau du nom du parc que l’on voit dans Closer, de Mile Nichols, avec Natalie Portman et Jude Law.


Le 19 Juin, Champs Elysées Film Festival (Paris). Le 4 juillet, Fnac Live (Paris). Le 7 juillet, Montreux Jazz Festival. Le 12 juillet, Francofolies de La Rochelle. Le 23 août, Rock en Seine. Le 24 août, Terra Incognita (Carelles).



© 2018/2020 by Gilles Medioni