Samia Orosemane: "le rire contre la misère."



Avec sa tchatche roborative, son débit précipité et ses tenues colorées, Samia Orosemane a vivifié en deux spectacles seulement le monde de l'humour, et son rire rassemble aux quatre coins du monde francophone. Elle se produit le 24 janvier à l’Institut du Monde Arabe pour la troisième édition du Festival d’humour transformé à l'occasion en Ima Comedy Club. L'occasion de soumettre Samia à l'interview Roulette Ruse. Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.

12. Aimeriez-vous transmettre votre savoir ?

J’aimerais bien, mais pas tout de suite. J’ai déjà animé des ateliers de théâtre pour des collégiens de Livry-Gargan. Moi-même, j’ai découvert Molière grâce aux cours de théâtre de ma prof de français au collège de Clichy-sous-Bois. Je m’étais inscrit pour échapper aux tâches ménagères à la maison. Pendant une impro, j’ai fait pleurer la classe et j’ai su que j’avais trouvé ma vocation.


1. Une citation qui vous accompagne?

« L’humour est la politesse du désespoir », de Boris Vian. J’en suis convaincue. La seule chose qui m’aide lorsque je suis déprimée, c’est de transformer la tristesse, la misère, par le rire. Mon prochain spectacle parlera des difficultés de ce métier, et comment dix ans passés sur les routes, n’aide pas à procréer. Le sketch phare parle d’ailleurs de la PMA , je l'ai partagé dans un groupe Facebook concerné par le sujet. Les messages reçus m’ont touché: « merci de nous avoir fait rire. »





32. Un accessoire indispensable?

Jusqu’à récemment, aucun. Mais une créatrice italienne m’a offert une poupée russe à mon effigie. Du coup, lorsque je voyage et que je n’ai pas le temps de me maquiller, elle me remplace sur les photos comme le nain de jardin d’Amélie Poulain.


30. Est-ce que l’on vous connaît à 100% en voyant vos spectacles?

Oui, car je suis transparente, je ne raconte que du vécu. Je m’inspire de personnages et je les incarne en les tirant à moi.


26. Une anecdote de tournée?

Je me produits dans 17 pays et, à chaque tournée, ma famille s’agrandit. A tel point que je suis invitée chez l’habitant en Côte d’Ivoire, à Montréal, etc. Partout des amis m’attendent. Quel bonheur. Olivier Poivre d’Arvor avec qui j’ai sympathisé, il est ambassadeur de France en Tunisie, m’a même dit: « si tu n’as pas où aller, viens à la maison. » Je lui ai répondu: « mais c’est chez moi, la Tunisie. Viens, toi, à la maison. »


18. Un malentendu sur vous?

Après les attentats de Charlie-Hebdo, j’ai re-posté une vidéo que j’avais faite à la suite des attentats d’Ottawa dans laquelle je m'adressais aux « malades mentaux qui décident de se déclarer islamistes intégristes djihadistes pianistes cyclistes. » Je leur disais: "merci de choisir une autre religion." Thierry Ardisson m'a invitée à son émission, et j'ai découvert dans le bandeau, sous mon nom, « humoriste voilée. » Je suis humoriste pour rassembler, l’important est ce que je raconte, pas mon apparence.


8. Votre dernier coup de coeur?

Amou Tati qui se produit à la Nouvelle Seine, dans La Dame de fer. Elle me fait pleurer de rire même au naturel.


Ima Comedy Club du 24 au 26 janvier. A l'affiche également Laura Domenge, Wary Nichen, Wahid Bouzidi, Leny M’Bunga, Yacine Belhousse, Paul de Saint-Sernin…

© 2018/2020 by Gilles Medioni