PiJaMademoiselle Sixties

Mis à jour : mars 28

Les belles envolées sixties de Pi Ja Ma marquent Nice to Meet U, le premier album de Pauline de Tarragon, ancienne de Nouvelle Star, promo 2014. Mais une Pauline chanteuse en cache une autre, « princesse des chips », instagrammeuse, illustratrice, auteur pour tout petits.


(c) Alice Kong

NOUVELLE STAR PAR HASARD

"Je cherchais un job, j’étais maladroite, fatiguée, je me suis dit: « il faut que je fasse un truc spécial. » Une amie m’a proposée de chanter dans la rue, à Avignon, où j’habitais, elle avait sa guitare, on a gagné pas mal d’argent. Des copines m’ont alors inscrite à Nouvelle Star, moi qui n’avais jamais chanté. J’essayais d’imiter les autres. Je suis devenue un peu la chouchoute de l’émission, j’étais un bon personnage, je pleurais à chaque fois que mes copains étaient éliminés. Après, quand on commence, on essaie d’aller jusqu’au bout: je suis arrivée troisième, la place idéale, j’avais la phobie de gagner, de signer un contrat, j’avais 16 ans, je ne savais pas si la musique serait ma voie. J’ai d’ailleurs suivi les cours de l’Ecole Estienne, je n’avais pas confiance en moi, je pensais m’orienter vers le graphisme. L’expérience de la télé avait été un peu trop violente, comme une soirée qui ne finit jamais. Plus tard, Axel (Concato) m’a contactée, il est l’eau et moi le feu, mais on a les mêmes références, les mêmes goût. Maintenant j’ai trouvé ma voie et aussi ma voix: je chante comme je parle."



DESSINATRICE PAR INSTINCT

"Je dessine depuis toute petite. Je détestais les autres enfants et cela me permettait de ne pas leur parler. Ils me voyaient un carnet à la main et ils m’approchaient. A 4 ans, j’étais déjà manipulatrice. Tout naturellement j’ai passé un bac arts appliquées. A mon entrée en terminale, j’avais déjà intégré Nouvelle Star, et au mois de décembre, j’assurais les premiers Prime. J’ai repris les cours un mois avant le bac que j’ai eu mention bien. J’ai commencé à vendre ce que je faisais, des dessins, des peintures, des cartes de Saint-Valentin, des autocollants, fabriqués à la main. De fil en aiguille, j’ai dessiné Le Cri de Zabou , un livre pour tout petits. Mon deuxième, Mini Michel, est l’histoire d’un petit renard qui court partout, qui s’enfuit, qui est fou fou."






SIXTIES PAR GOUT

"Pour ce premier cd, Nice To Meet U, on voulait cerner nos références, les sixties. On m’a toujours comparée à des artistes de cette époque et j’aime bien la mode, le cinéma, la façon de chanter des ces années-là. Adolescente, j’ai beaucoup écouté de rock psychédélique, puis Les Beatles d’une façon monomaniaque. Et The Doors, j’étais obsédée par Jim Morrison, j’avais 16 ans, je faisais la folle, je cherchais le grand frisson. L’album se situe dans la continuité du EP, ne pas suivre de règles, ni de stratégie, se comporter un peu en hippie. Moi, je vois un morceau comme une matière, une couleur un sujet. Alex trouve les accords, il est perfectionniste, tout est calé. On évolue dans le même mood."


PI JA MA

« Le nom a évolué. Il y a eu ‘’Patrick Orange’’, ‘’Hum Hum’’, ‘’Mini Pizza’’ et finalement ‘’PiJaMa’’. C’est un habit confortable, le mot est décalé, je suis parfois habillée comme si j’allais me coucher et on peut faire plein de jeux de mots avec: pi ja ma party, pop pilou… »


MOI, JE... PLUSIEURS

« Naturellement, je dirai que je fais de la musique et des livres pour enfants. Avant, je me présentais comme chanteuse, et on pensait que c’était du cabaret. Plus je grandis, moins j’ai envie de choisir, j’ai plutôt une propension à rajouter des activités qui ont un lien entre elles, par exemple, les ateliers avec des enfants donnent l’idée d’une chanson. J’ai envie d’apprendre un truc par jour. »


En tournée

© 2018/2020 by Gilles Medioni