Muddy Monk: Easy Rider

Mis à jour : il y a 5 jours


(C) Hugo Comte

Formé aux cours d'impro jazz, DJ, attiré par les ailleurs fantasmés, Guillaume Dietrich alias Muddy Monk a grandi en Suisse, marqué par Sébastien Tellier. Et chante en français des virées musicales et sensuelle dans des paysages mélancoliques dessinés à l'encre bleu mer. Un appel du large qui s'applique à lui-même lors de randonnées en moto. Son premier album s'intitule d'ailleurs Longue Ride. L'occasion de le soumettre à l'interview Roulette Ruse. Une appli Roulette, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.

29. Une ville ou un pays inspirant?

La mer, les montagnes. Je fonctionne de façon empirique et par expérimentation, en créant des instrus sur lesquelles je pose un texte. L’émotion dégagée par le jet vocal donne le sens des paroles.


1. Les musiques entendues à la maison, enfant?

De la country, Simon and Garfunkel, Laurent Voulzy, des musiques africaines, de la bossa nova. J’ai longtemps rêvé le Brésil, je me suis évadé sur un petit nuage musical pour chanter Ipanema (2014) en fantasmant une romance, un ailleurs. C’est directement lié au vynil coloré de Joâo Gilberto qu’écoutaient mes parents.




32. Un voyage musical?

Longue Ride est très atmosphérique. Cela me permet de sortir du format chanson. J’ai toujours aimé m’enfermer dans ma musique et composer des boucles. C’est une sorte d’hypnose qui me permet de voyager et de chercher des sonorités confortables. Avec Longue Ride, j’ai voulu transformer la tristesse et l’ouvrir sur une espérance joyeuse, à la façon des films d’Emir Kusturica, Underground, etc. Une mélancolie noire et pourtant solaire.


4. Que faites-vous entre deux concerts?

Avant j’habitais en Suisse et travaillais en parallèle comme éducateur pour enfant. Le reste du temps, je vadrouillais avec des amis, on marchait dans les montagnes. Ou je roulais à moto. Etre en mouvement reste idéal pour se vider la tête. Depuis quelques mois, je vis à Bruxelles, je découvre une nouvelle ville, et je suis aussi davantage sur la route pour la musique.


7. L'explication de votre nom d’artiste?

A 19 ans, avec Shady on écoutait beaucoup de vynils pour chercher des samples de hip-hop et pour les sets de DJ que l’on animait à Fribourg (Suisse). En intro, on passait souvent un morceau de Muddy Waters. Monk, cela a un rapport avec la série, pas avec Thelonius Monk. Ce Monk brillant, marqué par un handicap, me plaisait. On m’a proposé de changer de nom car je chante en français, mais seule la musique est importante, regardez Tame Impala…


Longue Ride (Half Awake)

Le 23 juillet à Nyon, dans le cadre du Paléo Festival. Le 28 juillet à Hyères dans le cadre du Midi Festival. Le 30 août à Bulle, dans le cadre du Festival Francomanias. En tournée à partir du 13 novembre. Le 6 décembre à La Gaîté Lyrique (Paris)

© 2018/2020 by Gilles Medioni