Mathou: "Même plus peur"


Son blog, Crayons d'humeur, a donné des couleurs au girl power. Et ses bandes dessinées optimistes, gaies et roboratives accompagnent son site plein de bonne humeur et de bulles joyeuses, mathou-illustrations.com. "Je suis illustratrice, je fais des dessins qui font du bien", annonce Mathou, cette trentenaire qui met en scène doutes, peurs et phobies dans sa nouvelle bédé, Peurs bleues. L'occasion de le soumettre à l'interview Roulette Ruse. Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.


5. Que faites-vous entre deux dessins?

Je dessine… J’ai mis du temps à imposer ma voie artistique, après des études classiques: sciences-po à Aix en Provence. Je pensais alors m’engager en politique, mais je faisais déjà des dessins pour le journal de l’école. J’ai commencé à travailler comme conseil en communication en tenant mon blog. Ma passion prenait beaucoup de place et à la faveur d’une rupture conventionnelle, je me suis installée en tant que graphiste…C’est devenu mon activité principale.

12. Votre playlist en dessinant?

Le dessin est méditatif, c’est une phase silencieuse. Quand j’encre, gomme, scane et colore, je mets Friends en fond sonore, j’écoute France Gall, des chansons françaises, des Podcasts sur le féminin, le rapport au corps. Ma prochaine bédé traite de grossophobie.


14. Est-ce que Peurs Bleues vous dévoile à 100%?

J’ai toujours peur de l’exagération mais oui, c’est un bon portrait d’une trentenaire en 2020.


1. Une béde d’enfance?

Le magazine Petit Spirou, et toute la bédé belge: Boule et Bill, Natacha, Yoko Tsuno, Les Tuniques Bleues…

30. Qu’est-ce que vous avez appris en écrivant de Peurs Bleues?

J’ai fait beaucoup de recherches qui m’ont permis de comprendre les mécanismes de la peur, moi qui suis très cartésienne. Ensuite, il y a eu plusieurs étapes d’écriture. Au fil des mois, j’ai pris mes distances avec mes phobies au quotidien en en riant. Mais, parfois, j’ai moins de recul sur ces peurs.

36. Quels est votre rapport aux réseaux sociaux?

Je dois un peu tout aux réseaux sociaux, une communauté me suit, et c’est un peu la course au dessin d'actualité. C'est passionnant et à la fois, très chronophage.





9. Où, quand, comment dessinez-vous?

Quand je travaille sur l’idée d’une bédé, je passe une semaine à la campagne, cette retraite artistique permet de mettre les idées en place. Après, les phases de storyboard, d’encrage, etc… j’ai la chance de partager un atelier et j’ai des horaires classiques, liés aux obligations scolaires.

16. Une oeuvre qui vous accompagne?

J’apprécie La première gorgée de bière de Philippe Delerm. J’essaie de dire aussi dans mes histoires ces moments d’émotion fugaces.

28. Une histoire derrière votre nom d’artiste?

Mon prénom est Mathilde, petite, on me surnommait Tildou. Ma belle-fille m’a appelée Mathou. J’ai signé mes dessins ainsi.


Peurs Bleues. Delcourt. 128 p.; 19 €.

© 2018/2020 by Gilles Medioni