Marlène Rodriguez: Atout coeur



Une éducation musicale suivie d'une première vie dans la finance internationale. C'était compter sans l'attraction dévorante pour la chanson. Marlène Rrodiguez chante d'une voix accomplie les histoires de C, titre de son premier album, enregistré avec les as Celmar Engel et JJ Cramier. Ces trajectoires de coeurs croisés, rompus, solitaires ou fusionnels, sont enveloppées d'une valse d'inspirations, de la pop au reggae. L'occasion de soumettre Marlène à l'interview Roulette Ruse. Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.


12. La chanson: hasard ou vocation?

Totale vocation ! La musique a dès l’enfance eu une place très importante dans ma vie. À la maison, des cédés tournaient sans arrêt, ou bien la radio était allumée, ou ma sœur jouait du piano. Toute petite, j’ai commencé à jouer de la flûte traversière, appris le solfège, donné des représentations. Puis j’ai passé des examens au conservatoire, pratiqué toute forme de chant et avec passion. Par contre, si j’écrivais des poèmes, souvent très sombres, je n’arrivais pas à faire des chansons. C’est venu il y a quatre ans seulement et d'un trait. Dix, vingt, plus d’une trentaine... de chansons se sont imposées, nourries de tout ce que j’avais vécu jusque là, de chacune de mes expériences même dans des domaines très éloignés de la musique, par exemple, j’ai travaillé pendant dix ans dans la vente de produits financiers à Londres et à Paris!

17. La chanson d’un autre chanteur qui vous ressemble?

Salut les amoureux, de Joe Dassin, signée par l’un des plus grands auteurs français, Claude Lemesle. Petite je la fredonnais non stop, je ne sais pourquoi mais cette chanson me « parlait. » C’est le grand pouvoir de la musique des mots et des notes entremêlées à la perfection. Plus tard, je me suis souvent dit: « j’aurais tout donné pour l’avoir écrite » … Je ne me suis jamais sentie aussi proche de ces paroles. J’en ai fait récemment une version flûtes-piano-voix.


1. Ce que la musique a révélé de vous et en vous?

Ma professeure de flûte traversière, avec qui j’ai eu la chance de travailler de 6 à 18 ans au Conservatoire de Clamart, a énormément compté dans mon parcours. En plus de son enseignement, elle m’a sensibilisée à l’amour de soi et des autres. Lorsque j’arrivais à son cours, j’étais toujours surexcitée, j'avais la tête ailleurs … Pour m'aider retrouver le calme intérieur et l’énergie., elle me demandait de m'allonger, de garder les yeux fermés et elle me parlait. C’était une sorte de séance de relaxation. Les 50 minutes de cours qui suivaient étaient d’une efficacité redoutable !

36. Le meilleur conseil reçu?

Quand j’avais 15 ans, j’ai écrit une lettre de six pages à Jean-Jacques Goldman dont j’étais une fan absolue, après l'avoir vu en concert, c’était pendant sa dernière tournée  Chanson pour les pieds. Et... il m’a répondu. Ses mots commençaient par: « Marlène, touché par ta lettre sincère, comment devenir chanteuse... ». Je pense qu’à l’époque je ne me posais pas la bonne question. Comment ? Le moyen importe peu. Le plus important c’est être dans l’action et non dans l’attente, d' avoir des objectifs qui nous animent. Il m'a aussi dit que la route était longue, loin d’être simple mais qu’il ne fallait rien lâcher.

11. Une histoire derrière le titre de votre disque?

Histoire de C induit bien sûr une certaine et amusante ambiguïté ! Pourtant, ce titre vient d’une phrase toute simple et qui me marque depuis longtemps: “parce que tout commence souvent par une histoire de cœur”. Mes textes parlent beaucoup de cœur et d’amour, que ce soit à travers le lien familial, les ami(e)s, les relations amoureuses, etc. L’amour, doux ou compliqué, fait se sentir vivant. Bien sûr, ces deux « c » d'une histoire sont souvent, voire nécessairement, complémentaires !



8. Une date artistique importante dans votre parcours.

Le 11 juin 2018 ! C’est la première fois que je chantais mes chansons sur scène entourée par « mes » musicien.ne.s au Réservoir (Paris) dans une salle archi pleine d’amis, d’amis d’amis, de professionnels, et bien sûr de toute l’ équipe qui m’avait accompagnée en studio et dans mon changement de vie. Du coup, j’ai décidé d’auto-produire mon album.  Mais la scène reste l’endroit où je me sens définitivement à ma place !

marlenerodriguez.com


© 2018/2020 by Gilles Medioni