top of page

Les rivières de mots de Coline Rio


© Manon Villemonteil

Le fleuve des souvenirs, des nuits de dangers, un adieu froid comme l'hiver... Les chansons impressionnistes du premier album de Coline Rio, Ce qu'il restera de nous, puisent dans l'intime, chansons de fuite et de désirs, marches, danses, glissements. Musicienne formée au piano dès ses 6 ans, danseuse, comédienne - elle a joué notamment Kafka à Paris et en Allemagne - et était la voix de cristal et la force vive du groupe Inuït avant de se lancer en solo. Un premier EP, Lourd et délicat, suivi de cet album agrémenté d'inédits pour sa version longue Ce qu’il restera de nous, et plus encore. Plus d'une occasion de soumettre Coline Rio à l'interview Roulette Ruse. Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.


24. Qu’est-ce qui vous inspire?

Ma vie, mes lectures, le cinéma, le théâtre, mes souvenirs… La Rivière par exemple correspond à un moment précis, une marche dans la montagne du Cantal, un été, avec ma mère et une amie de la famille.


7. Un spectacle vu enfant qui vous a particulièrement marqué?

Ceux du Cirque Plume m’ont beaucoup impressionnée, et j’en ai vu plusieurs. Leur chapiteau était installé à Rezé, où j’allais au collège, au lycée… J’ai hésité à tenter le concours de compositrice pour le Cirque Plume, j’avais 16 ans à l’époque.




18. Ce que la musique a révélé de vous et en vous?

Ma sensibilité, ma détermination et à travers ma musique, la possibilité de me comprendre mieux. Sur scène, l’énergie, la liberté, le plaisir du jeu et cela, depuis toujours. J’étais étudiante au Conservatoire de jazz et jouais dans une compagnie de théâtre et de danse avant de tout arrêter pour rejoindre le groupe Inuït.


30. Le film vu 100 fois ?

La Belle verte de Coline Sereau, découvert petite et revu souvent, un film visionnaire, drôle et toujours d’actualité. Je pense que le choix de mon prénom par mes parents vient en partie de là.




26. Une ville, un pays inspirant ?

La montagne mais ce n’est pas le lieu où j’écris le plus. L’Italie m'inspire aussi beaucoup mais je n’ai jamais écrit de chanson sur place.


1. Une chanson que l’on vous chantait petite ?

Parlez-moi d’amour, de Lucienne Boyer me touche depuis l’enfance mais je ne sais pas qui me l’a mis en tête. Et une berceuse chantée par mes parents en harmonie, « comme un murmure loin des arbres… »



© Manon Villemonteil

17. Quels disques passaient à la maison ?

Leonard Cohen, Joan Baez, Barbara, Reggiani, Brel… Lili de Pierre Perret, Salade de fruits, de Bourvil…


5. Chantez-vous dans votre salle de bain ?

Oui, et aussi à la montagne et même dans le métro, où je fredonne sans m’en rendre compte.


34. La palme du style à…?

Xavier Dolan pour la puissance de son image et Wes Anderson, ultra-stylé. Il a été une vraie inspiration pour le clip de Ton Nom.


27. Un disque qui vous a bouleversé ?

Riverside d’Agnes Obel que j’ai beaucoup beaucoup écouté et chanté, le côté voix/piano/cordes a eu un grand impact sur moi.


12. Avez-vous un modèle?

Ma mère, chanteuse, musicothérapeute et guitariste. Je lui ai consacré la chanson Ma Mère. Pendant 20 ans elle a chanté pour les bébés en couveuse, les grands brûlés, les enfants atteints de cancer. Je l’ai aussi accompagnée dès mes 10/11 ans.


35. Quelle histoire derrière le titre de l’album?

La juste façon de me présenter et de présenter le disque…

Comentários


bottom of page