Thaïs Lona en good vibes

Mis à jour : juin 22



La grande d'ambre de Thaïs Lona empoigne tous les rythmes avec un groove rempli de peps et d'optimisme. Formée au conservatoire, élevée à Debussy, au jazz et à Aretha Franklin, la chanteuse valentinoise présente Dancing Again, un premier EP introspectif, plein de sens et de soul, qui sort sur le label Mister Ibé, d'Ibrahim Maalouf. Son premier album, Cube, paraîtra à l'automne sous influence Rubik's Cube, c'est à dire multi-facettes et coloré. L'occasion de soumettre Thaïs à l'interview Roulette Ruse. Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.



30. Que met-on, que laisse-t-on de soi dans une chanson?

J’y mets ma vérité. Et ce que j'y laisse me permet de passer à un autre chapitre de ma vie. Par exemple, après Dancing Again, j’ai décidé de me sentir bien, quoiqu’il arrive et ce morceau a finalement marqué le début de tout, artistiquement, et a marqué un renouveau total pour moi.

3. Aviez-vous des posters dans votre chambre d’enfant, d’adolescente?

A 7 ans, Barbie et Hercule. Rien, après. Par contre, je positionnais sur mon bureau les disques de Prince, Christina Aguilera, D’Angelo.


17. Quelles musiques passaient à la maison?

Ma mère, d’origine cap-verdienne, et ma grand-mère, écoutaient Cesaria Evora er Bana. Et mon beau-père, pianiste de jazz, du funk, Earth Wind and fire, Kool and the gang, Aretha Franklin.

26. Un modèle?

Petite, le fait qu’Alicia Keys soit instrumentiste m’impressionnait beaucoup, surtout que j’ai appris la harpe, puis le saxophone au Conservatoire. J’aimais le fait qu’elle propose un univers complet et les good vibes qu’elle diffusait. Au niveau de la personne, elle est aussi un modèle car elle n’a pas sombré dans l’hypersexualisation. Et j’aime sa façon de se renouveler continuellement.


9. Un livre de chevet?

Je pense trop, une sorte de grosse encyclopédie que je peux ouvrir au hasard.


(C) Enrico Moricio

16. Quelles dates artistiques importantes sur votre parcours?

Le coup de téléphone du label d’Ibrahim Maalouf, en 2019. Cet appel a révolutionné ma vie car j’avais prévu de tout arrêter. Et aussi, les concerts en première partie d’Ibrahim à l’Olympia durant trois soirs, c’était ma deuxième date de tournée et j’étais dans un stress total. J'ai dit à Ibrahim: « je ne peux pas le faire. » Il m’a répondu: « tu peux tout faire. »

8. Qu’avez-vous acheté avec votre premier cachet?

Depuis toujours, tous mes sous passent dans la musique. Avec mon premier cachet j’ai acheté un micro dans un magasin qui se trouvait face à la Tour Eiffel, je m’en rappelle très bien. Le deuxième, j’ai dû offrir un dîner Deliveroo à mes amis.

6. La chanson parfaite selon vous?

Lovely day, de Bill Withers, tout est parfait, les arrangements, la voix, le message. Certaines musiques comme le rap, me rendent parfois révoltée. Cette chanson-là m’apaise et me fait du bien.


12. Le héros de fiction ou pas dont vous étiez amoureuse adolescente?

J’ai eu un crush pour Zac Efron, j’adorais tellement High School musical que c’est devenu le cauchemar de ma famille.

22. Une chanson qui vous rappelle l’école?

En allant en cours, j’écoutais en boucle deux chansons sur mon MP3: To Live and die in L.A, de 2 Pac. Et National Anthen, par Whitney Houston, en live au Superbowl. Je me disais: « mais qui est cette femme qui chante aussi sublimement bien. »