Les chants infinis d'Angèle Osinski

Mis à jour : il y a 5 jours

Un premier album intemporel, et à la fois pop et hip-hop, A l'évidence. Des chansons caressantes mais transies. Un chant fier et fin, aux courbes brisées...C'est Angèle Osinski, chanteuse, danseuses, comédienne et première signature du nouveau label Fraca!!!.

(C) Rod Maurice

AVEC FRACA

"J’ai entendu sur YouTube Cyclones: un choc. C’était Katel. Je lui ai proposé de réaliser mes chansons. Mon premier EP était auto-produit, proche de Barbara, Brel et Ferré. J’avais envie de me déplacer musicalement. Katel a accepté et m’a proposée d’être la première signature du label Fraca !!!, fondée par elle, Emilie Marsh et Robi, trois filles à l’énergie folle et aux grandes qualités humaines. Que des femmes soient à des postes décisionnaires correspondait à mes actes et à l’image de ce que je représente."




JOUER, CHANTER, DANSER

Après le bac option théâtre, j’ai été choisie pour jouer dans la pièce Chère Elena Serguéiévna, de Lioudmila Razoumovskaïa et enchaîné les tournées sur les scènes nationales. Depuis toute petite, j’étais passionnée de danse classique, que je pratiquais, de littérature, de musique, et le théâtre me permettait de m’exprimer totalement. Puis j’ai incarné Bernadette Soubirous (Lourdes, de Lodovico Gasparini, avec Alessandro Gassman) et son exacte inverse, une cagole teinte en blonde dans Zone Reptile (de Jérôme de Missolz, avec Jérémy Elkaïm). A La Chope des Puces, Porte de Clignancourt, je me suis retrouvée à chanter par hasard avec des musiciens tziganes, brésiliens, j’ai rencontré là Thomas Dutronc et BabX. C’étaient des années folles, incertaines à tous les niveaux mais qui m’ont confirmée que je pouvais passer ma vie à faire de la musique, à étudier la musique des autres.


DAVID LYNCH, MARGUERITE DURAS

Les oeuvres qui me touchent et m’inspirent sont celles qui continuent à m’interroger et à évoluer avec mon vécu: les films de David Lynch, les spectacles de Pina Pausch, les chansons de Bertrand Belin… Dans la prosodie, j’ai une passion pour Claudel, et en parallèle, pour l’écriture asséchée de Marguerite Duras, et de Hélène Bessette, pionnière de ce style. Lorsque j’ai décidé de m’éloigner des alexandrins, j’ai cherché une sorte d’anti-chambre, quelques chose de spontané et de l’ordre du jeu qui me permette de dévoiler des choses plus intimes de moi.



LA NOTE BLEUE

Les motifs répétitifs de mes chansons, presque obsessionnels, comme le thème de l’eau, sont tout à fait inconscients. L’eau est mon signe astral, mon élément, je nage beaucoup. Bleu Piscine a été écrit sous un figuier, au casio, pas loin d’une piscine. Cela m’amusait de jouer avec les clichés de carte postale, d’ évoquer tous les aspects d’un être, les faux-semblants. Une autre chanson, Interrompez-moi, creuse la contradiction entre le fait de chanter, bouche ouverte donc, et l’injonction à se taire. J’adore être sur scène, chanter, danser, entourée de musiciens, de spectateurs, contrairement à l’écriture, solitaire, où je plonge dans les partitions, les pages et les pensées.


A l'évidence (Fraca !!! Label). En tournée

https://www.angeleosinski.fr/

Le 31 mai au Portobello Rock Club- Caen (Nuit Fraca-ennaise). Le 9 juin, au FLF, en clôture du Festival Ta Parole spécial FRACA!!! ( Ivry sur Seine). Le 14 juin au Walrus (Paris). Le 23 novembre au File 7 (Magny-Le-Hongre), en première partie de Bertrand Belin

© 2018/2020 by Gilles Medioni