Les bonheurs folk de Joe Bel

Mis à jour : il y a 5 jours

Une nouvelle voix s’élève, sensuelle et déterminée, une voix déjà familière pour les amateurs de folk. Le morceau Hit the Roads, de Joe Bel, a accompagné la campagne Longchamp, signée Peter Lindbergh. Et sa b.o du film Tout pour être heureux a cartonné. Son premier album, Dreams, réalisé par Marcus Paquin (The National, Arcade Fire) met en lumière des ballades aux accents soul et à la mélancolie lumineuse.


© Sarah Balhadère

Vous êtes apparue en 2015 au générique du film Tout pour être heureux, où vous interprétiez une chanteuse?

Cyril Gelblat, le réalisateur, avait vu un de mes concerts live en Suisse posté sur YouTube. Il cherchait une chanteuse folk qui joue aussi de la guitare et ne soit pas identifiée. Cyril m’a envoyé un mail. J’ai cru à une blague. Je ne suis pas comédienne mais j’ai quand même passé l’audition. Cette expérience de cinéma, avec Manu Payet pour partenaire, m’a passionnée. J’aime jouer, j’aime aussi réaliser mes clips et suivre le processus, du montage jusqu’à l’étalonnage. Car par-dessus tout, j’aime le montage, c’est même ma deuxième passion. J’aurais pu embrayer avec un second film, mais j’avais envie de réaliser mon album.





Comment Marcus Paquin est entré dans l’aventure de Dreams?

J’ai osé le contacter par mail et il m’a immédiatement répondu positivement. Cela m’a donné confiance en moi. Nous avons passé un mois en studio à Montréal, et j’ai écrit sur place quelques morceaux comme Espère. Le Québec m’a décomplexée sur le fait de chanter en français. Musicalement, je voulais des choses simples, pas de synthé, des enregistrements sur bande magnétique…


A quand remonte cette envie de chanter?

Depuis toujours, petite, j’écrivais déjà des chansons. Un jour je me suis rendu compte que je n’étais plus concentrée en cours, alors que j’adorais mes études d’histoire de l’art. Si je ne partageais pas ma musique, cela me rendrait malheureuse. Mais une peur immense me retenait. Devenir maman m’a donné une force animale. J’ai débuté à Lyon, dans un petit café-concert, j’avais peur d’être déstabilisée face à mes émotions mais les gens ont écouté mes chansons.



Vous êtes donc chanteuse et comédienne. Et aussi modèle?

Pourtant, je n’ai jamais mis en avant ce désir. Au moment de la sortie de Tout pour être heureux, le magazine Modzik m’avait photographiée, je portais des vêtements Chipie, et par la suite Chipie m’a proposé de participer à sa campagne, et je me suis retrouvée dans tous les magasins de France. Quand à la marque Bocage, j’ai été contactée par message direct sur Instagram: « on aime bien votre compte. Est-ce que vous accepteriez d’être notre égérie? »


Pourquoi ce nom d’artiste, Joe Bel?

Je n’étais pas à l’aise avec mon vrai nom et dans un rêve, une fille qui s’appelait Joe Bel m’a dit: « tu as le droit de chanter. » Beaucoup de choses m’apparaissent dans mes rêves, d’où aussi le titre du disque: Dreams.


Dreams (La Ruche-Le Label). Marseille, le 7 décembre.

https://www.joebel.fr/

© 2018/2020 by Gilles Medioni