Le petit Voyou de la pop moderne

Mis à jour : mars 28


Son premier album, Les Bruits de la Ville, voyage d'une pop légère solaire, joyeuse et même spatiale à une mélancolie languissante bercée par un piano à la Satie, la solitude, la perte, l'ennui. Thibaut Vanhooland (Voyou) raconte des histoires colorées comme des dessins d'écoliers mais habillées d'arrangements d'érudit, nourris des bruits de la cité et des musique du monde, son afro, samba de Rio. Ce petit Voyou s’offre même un slow avec Lille, son île où il a grandi, avant le virage Nantais (rallié à 12 ans) et ses groupes, Pegase, Elephanz...


(c) FelipeBarbosa

NO STRESS

« Je suis quelqu’un d’heureux, je ne connais pas le stress, j’aime que les gens autour de moi aillent mieux, j’ai du mal à affronter les conflits, la violence, la tristesse. Je vois les choses du bon côté, j’écris des portraits, des histoires, des situations, pas si tragiques au fond, alors qu’elles pourraient apparaître comme telles. En tout cas, je ne fais pas de constat sans donner de solution, et inciter à avancer quoiqu’il arrive. La musique sert à faire la fête, à danser en concert et à exprimer aussi des choses plus difficiles. »



HARMONIES

« Mon père est professeur de musique, je suis entré au conservatoire à l’âge de quatre ans, appris la trompette, vu beaucoup de concerts, intégré un orchestre d’harmonies dans le nord, un orchestre avec une grande force, une bienveillance, où se mélangeaient plusieurs générations de tous les milieux sociaux, de niveaux musicaux divers. J’ai appris et entendu, et aujourd'hui j’écoute des styles musicaux et des morceaux d’époques différentes, j’ai plaisir à découvrir, et encore plus à faire. Chacune de mes chansons a une humeur, un paysage. La composition est un espace neutre que l’on peut teinter, c’est la partie qui m’amuse le plus. »




LES BRUITS, LES VILLES

« J’enregistre énormément de sons avec mon téléphone portable, je surfe aussi sur YouTube et l’on m’envoie des vidéos. Si j’ai envie d’amener une chanson vers l’ailleurs, je prends le bruit d’un jardin à Tokyo, le vent dans une montage d’Equateur, les jeux d'enfants d’une école au Liban, la rumeur du Carnaval de Rio et je rajoute la texture au morceau. Parfois on entend le bruit violent d’un tramway. Cela ressemble à un carnet de souvenirs. J’aime induire cette réalité, placer les images dans la tête des gens."




HORS CHANT

« Mes histoires se déroulent en extérieur, pas dans ma chambre. J’ai besoin de plein air, de paysages, de gens. Quand je suis seul chez moi, c’est pour mieux ressentir ce que j’ai vécu dehors. Je suis dans l’observation, moins dans les discussions, mais j’aime questionner, savoir, comment l’autre appréhende le monde. Je saisis des bribes entendues aux terrasses de cafés, aux comptoirs de bars, par exemple: « nos vies ne valent pas grand chose » (in Dehors), « on se méprise, on se consume » (in La Serre). »


ETOILES DES TOILES

« Le cinéma de Bertrand Blier, celui de Calmos, des Valseuses, de Préparez vos mouchoirs, m'inspire. Audiard père, pour ses dialogues. Le cinéma italien, Paolo Sorrentino (La Grande Bellezza). Et, récemment, la vague de cinéma français représentée par Guillaume Brac (Un Monde sans femmes; Contes de juillet), Sébastien Betbeder (Le voyage au Groenland). Comme eux, j’essaie moi aussi de détailler dans mes chansons, ce qui se dévoile, hors-champs et qui donnent des indices sur le climat et l’époque, les mots sont cyniques parfois. »


VOYOU

« Dans mon école primaire Jean Jaurès, le u était écrit avec un v romain. Au départ, le u de voyou était aussi un v romain, cela faisait un palindrome. Voyou, parce que cela fait penser à un homme très tendre et très loubard. Dans ma chanson Les Trois Loubards, j’aime bien jouer le voyou, moi qui n’ai jamais fait de bêtises et cela me plaît, en général, d'interpréter des personnages différents, comme le dandy; mon préféré au monde, c’est le dandy italien, classe, un peu à côté des lois. »


Les Bruits de la Ville (Les Disques Entreprise). Sortie le 15 février.

La Gaite Lyrique (Paris), le 15 Avril. Et en tournée.


© 2018/2020 by Gilles Medioni