Le blue mood de Bruises



Une pop instruite rétro et moderne, valse de trip-hop sensuel, de ballades tripotées, de rythmes réinventés... Sexymental, le EP de Bruises est l'écho du monde d'aujourd'hui, ses ruptures et ses dérèglements. C'est un duo formé par Max(ime) Sokolinski et Adah Dylan Jungk, qui triture les machines et propose de faire machine arrière pour redéfinir de nouvelles règles.

Le nom de Max a été repéré à côté de celui de Christophe, Mathieu Chedid, Michael Stevens (compositeur de Clint Eastwood) ou de sa soeur SoKo. Mais aussi au coeur du duo Hologram, formé en 2013 avec Clara Luciani. Adah, artiste d'origine américaine et autrichienne, arrime ses vers à ceux des poètes et à une généalogie célèbre. Son grand-père est Robert Jungk, journaliste, futurologue, lauréat du Right Livelihood Award (Prix Nobel alternatif); son père Peter Stephan, écrivain, essayiste, scénariste, a collaboré avec Peter Handke, Philip Glass).

Bruises signifie ecchymoses, un duo de bleus à l'âme. Les chansons de Sexymental à la beauté fracassée les recouvrent de roses noires. Ou rouges. L'occasion de soumettre Adah et Max à l'interview Roulette Ruse. Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.


12. La chanson: hasard ou vocation? 

Adah: Hasard et vocation! La chanson s'est imposée à moi comme une évidence, comme toutes les belles choses. 

Max: Vocation. J’ai commencé la guitare à 8 ans, puis la basse, la batterie et le piano. Plus tard j’ai appris à produire et à mixer, donc cela a été un cheminement long et progressif.

1. Votre premier quart-d’heure de gloire?

Adah: Un concert durant le Festival de Cannes. Axel Huynh nous avait invités à la Villa AH Forbes comme musiciens residents pour une semaine.

Max: Un des moment qui m’a le plus marqué a été d’accompagner Daniel Johnston à la basse pour sa tournée en Californie. C’était un rêve pour moi.

23. Ce que la musique a révélé de vous et en vous?

Adah: Le fait que l'on soit tous des alchimistes, que l’on peut tout transformer, des chuchotement en cris, des blessures en forces... C'est bien mieux qu’une bonne psychanalyste! 

Max: Je vois la musique comme  l’extension de ma sensibilité et de mon vécu. Chaque note, chaque choix artistique, chaque parole en est le résultat.


14. Qu’avez-vous acheté avec votre premier cachet?

Adah: Un synthé qui m’a permis de m’accompagner et de composer.

Max: Quand on est musicien, il y a toujours quelque chose qui fait envie. Moi, cela a été une Fender Stratocaster beige comme celle de Jimi Hendrix !

30. Une chanson qui vous rappelle l’école? Un héros/Une héroïne de fiction dont vous étiez amoureux/amoureuse enfant?

Adah: Electric Feel de MGMT me rappelle l'école. Et mon héros, c'était Harry Potter (oui vraiment)

21. Le meilleur conseil reçu?

Adah: Cliché mais vrai, Ne pas vouloir réussir à tout prix. Apprendre aussi à échouer, on apprend tellement davantage. Max: Matthieu Chedid avec qui j'écrivais m'a dit au cours d'une conversation que Le but ultime de l’artiste était l’acceptation de soi. C’est une des choses les plus sages que l’on m’ait dite...

7. Une ville/un pays inspirant(e)?

Adah: La Grèce : l’énergie d’Athènes et la beauté d’Hydra, l'île sur laquelle Leonard Cohen a vécu et écrit pendant de nombreuses années. 

Max: Los Angeles. J’y ai vécu deux ans, il y a quelque chose de magique dans la luminosité de la ville, son histoire, la facilité des rencontres. 


36. Une chanson, un disque qui a changé votre vie?

Adah: Le dernier album de Weyes Blood: Titanic Rising. Un peu déprimant mais vraiment sublime

Max: What’s the story morning glory d’Oasis. Ce disque a été mon introduction à la « vraie » musique. C’est à la fois très mélodique, sensible et en même temps super badass.


19. L’époque de la musique que vous préférez?

Adah: les années 80! 

Max: Les sixties! Tout était à faire , les groupes osaient tout, ils cassaient les règles. Et puis le mauvais goût n’existait pas encore!

23. Un film/un livre de chevet?

Adah: La folle allure de Christian Bobin

Max: Se libérer du connu de Krishnamurti.

15. Une histoire derrière votre nom de  scène

Les bleus a l’âme. Nos blessures nous ont inspirés. 

14. Un chanteur disparu que vous auriez aimé rencontrer, voir en concert, aimé faire un duo?

Adah: Prince

Max: Nick Drake. Je pense qu’on aurai ouvert une bonne bouteille de vin et eu de belles conversations ! 


Bonus:

Max en trois mots par Adah: Idealiste, ambitieux, perfectionniste. Adah en trois mots par Max: Sensible, inspirante, maladroite!




© 2018/2020 by Gilles Medioni