La clé des mondes de Clara Ysé

Mis à jour : il y a 5 jours



Sa voix d’ombre empoigne des mers obscures et des terres brûlantes, et aussi mille chevaux d’écume, Sailor et Lula, des amulettes, les clés du paradis. C’est dire si Clara Ysé entre avec fracas dans la chanson française, mais aussi espagnole ou anglais, affirmant son chant volcanique dans des cavalcades sanguines, « sauvagerie des corps », chante-t-elle. Clara a 26 ans, un master de philo, une langue maternelle creusée dans le chant lyrique. Ses textes sont écrits sur du papier-chagrin. Sa mère, la philosophe Anne Dufourmantelle (Puissance de la douceur;  L'éloge du risque; Souviens-toi de ton avenir) s’est noyée après avoir sauvé un adolescent, l’été 2017. Clara lui a adressé (dans Libération) une lettre taillée dans les larmes: "(...) Tu m’as appris à dire oui. A plonger la tête dans l’invisible et tu m’as donné une soif de vivre, une soif de célébrer la vie, qui m’habite inépuisablement et qui est au cœur de mon désir de travailler avec la scène. De créer des communautés enthousiasmées et enthousiasmantes autour de la musique, de la parole.(...)"




Son premier EP, Le Monde s'est dédoublé, écrit l’année suivant le drame, est parcouru d'un frisson d’absolu, ainsi le morceau intitulé Le Monde s'est dédoublé, où soudain tout s’effondre. Sur le clip - dont Clara signe réalisation, scénario, production, costumes… - elle vogue sur un lit de fleurs, tandis qu’une farandole ensorcelle une fête nocturne mais solaire.

L’eau, la terre… encercle sa voix de feu, voici Libertad, entonnée avec l'incroyable complice Yulian Malaj (également co-compositeur de certaines morceaux). Ou Mama, interprété sur le fil tendu de l'émotion. D'autres pages musicales se tournent, entourée de sa belle équipe, Yulian (chant), Camille El Bacha (piano), Marc Karapétian (basse), Naghib Shanbehzadeh (batterie).

En six chansons, Clara Ysé fixe des vertiges, des secrets, des ivresses, dresse un éloge de l’amitié, de la solidarité, de l'intensité.

© 2018/2020 by Gilles Medioni