Iliona: les fruits de la tristesse

Dernière mise à jour : févr. 2


©RoxaneDiamand

Le charme fou de sa chanson Moins Joli est le coeur vibrant de Tristesse, un premier EP riche de ballades sentimentales au piano, de musiques instrumentales ou de comptines sur le désir gorgées d'auto-tune. Iliona a le goût des mots, la passion des images - elle réalise ses clips - et bien sûr de la musique depuis toujours. Un de ses morceaux posté sur YouTube il y a quatre ans avait été repéré par Pierre Bertrand, du studio de Roméo Elvis. Avec cetteTristesse contemporaine, la chanteuse Bruxelloise donne à la pop une ivresse moderne - elle a 20 ans - pleine de grâce et de gravité. L'occasion de la soumettre à l'interview Roulette Ruse. Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.

8. Une chanson d’enfance?

Ma mère conduisait souvent en écoutant Jardin d’hiver. Lorsque j’ai ré-entendu cette chanson par hasard, vers mes 15 ans, les larmes me sont immédiatement montées aux yeux.

12. Une ville, un pays inspirant?

Les voyages me permettent de prendre du recul, surtout en voiture, la nuit. Je m’imprègne de cette atmosphère particulière et en rentrant à la maison, cela m'inspire des chansons. J'ai longtemps extériorisé mes émotions en regardant des films ou en écoutant des disques.


16. Un livre, un film qui vous ont particulièrement marquée?

Rien ne s’oppose à la nuit, de Delphine de Vigan, son écriture laisse la place aux détails, j’essaie de me rapprocher de cette démarche. Je me suis reconnue dans Palo Alto, le film de Gia Coppola, qui raconte l’ennui de jeunes outsiders dans les villes. La réalisatrice légitime le fait de ne rien faire de sa vie… Ce sont des questions existentielles qui m’ont traversée aussi, à une époque.

Mommy de Xavier Dolan m’a mis une vraie claque. Je l’ai vu seule, assise dans le noir. Plus rien n’existait. Dolan m’a donné l’impulsion de me lancer dans la musique.

36. Qu’avez-vous acheté avec votre premier cachet?

C'est très récent… Rien d’exceptionnel. J'ai dû prendre un verre dans un café, sans doute. J’ai surtout eu la sensation de faire un pas dans ma vie d’adulte.



7. Aviez-vous des posters dans votre chambre d’adolescente?

Oui, de Miley Cyrus, de Justin Bieber… J’adorais les magazines pour jeunes.

24. Si vous pouviez rencontrer un(e) artiste disparu(e), ce serait…

J’aurais aimé poser des questions à Barbara, la voir en concert. Heureusement, il y a YouTube.

1. Plus d’amis(e) filles ou garçons?

Très bonne question. J’ai très peu d’amis, et je les connais tous depuis la petite enfance. Adolescente, je m’ennuyais donc beaucoup, j’ai arrêté d’aller en soirées et suis devenue une vraie geek. Les logiciels de musique, de vidéo m’ont passionné, me passionnent. Je réalise d’ailleurs mes clips.


9. Est-ce que l’on a une image juste de vous en écoutant Tristesse?

En tout cas, une partie de moi, certainement. Mes proches ont été surpris d’entendre ce morceau, Tristesse, ils ne me voyaient pas ainsi. Moi, j’ai envie de lever les tabous sur la tristesse qui est une émotion comme une autre. On n’est pas outré par le rire.

31. Une date artistique importante?

En ce moment, je vis chaque semaine des premières fois. Première chanson, premier clip, première interview, premier label, premier EP. La date la plus décisive remonte à un peu plus d’un an, quand j’ai vécu la fin d’une relation amoureuse, forte, dramatique. Le retour sur moi-même a été brutal et frontal. Je me suis demandé quelle était ma vie, une colère est montée en moi, et m’a donnée le courage de me lancer dans la chanson comme si j’allais mourir demain.