Hip-hop: le turbo DI#SE

Mis à jour : mars 28




Aux Francofolies de La Rochelle le 12 juillet 2019 (C) @ArtisteRevelation




Le hip hop monte d’un ton avec DI#SE, alias Désiré Eba Tolo, et ses morceaux de rap incandescent (Génie, Burn Out). mais pas seulement: tribal, dansant, en transe, échos des bruits du monde et des sons de salsa ou d’Afrique. Le chanteur Quimpérois marque d’un flow rageur et brûlant ou au contraire, d’une douceur tendre, et la scène francophone congratule cet athlète affectif du rap. Accompagné de Romain Jovion et Jinbey, Désiré/Di#se a reçu le Prix du Jury des iNOUis 2019, celui du Tremplin national de musique hip hop buzz booster, et il se produit dans la tournée du Label Charrues. Son premier album, Parfum, paraîtra à la rentrée, pile pour ses 18 ans. L’occasion de le soumettre à l‘interview Roulette Ruse. Une appli de roulette, chaque numéro tiré correspondant à une question.




18. Est-ce que vos chansons vous dévoilent à 100%?

Non, mais elles permettent de m’apercevoir un peu. Je livre un petit pourcentage de moi-même même si tous mes textes sont introspectifs. Visage, par exemple, qui parle de ma mère. Ou Noir, d’une relation amoureuse.


22. Avez-vous des modèles?

La façon dont Stromae conçoit la musique, son concept, son style m’ont beaucoup marqué. Et l’écriture de Damso.


Une chanson qui rappelle l’enfance?

La Belle et le badboy de MC Solaar. C’est le premier rap que j’ai découvert, grâce à mon grand frère. Solaar m’a fait aimer les beaux textes. Il est grave élégant.


La citation, le mantra qui vous accompagne?

« Je voudrais qu’ils aiment leur prochain et qu’ils commencent par s’aimer eux-mêmes. »


Un hashtag qui vous définit?

Je l'attends… DI#SE en contient déjà un. C’est un ego-trip; sur les touches du piano, la noire est au-dessus. Dilly (Dilly_DI#SE sur le compte instagram) est né comme ça. Il ne veut rien dire, c’est devenu un surnom.




Qu’est-ce qui vous inspire?

J’écris sur une feuille de papier quand l’envie me prend, je conçois le flow et le son en même temps… Je creuse en moi, je réfléchis beaucoup, la question de l’être me travaille mais je ne suis pas un nerd à chercher des réponses sur mon ordinateur. Lorsque je saisis le stylo, je finalise mes pensées.


Quel regard portez-vous sur votre parcours?

On est toujours le fruit de son environnement. Si j’avais vécu dans une cité à Marseille, si j’avais eu un grand frère impliqué dans un trafic de drogue, j’aurais été un autre. Moi, je suis arrivé du Cameroun à Quimper en 2009. J’ai arrêté mes études, je les reprendrai peut-être, je vais avoir 18 ans…


Le mot de votre actualité?

Parfum, puisque c'est le titre de mon premier album à venir. Un parfum est composé d’effluves diverses. Ma musique aussi. Je n’ai jamais eu de ligne directrice musicale, je ne peux pas dire que je fais du r’n’b ou du pur rap, on sent mes racines dans ma musique. Le fil rouge, c’est moi.


Yotanka Records/Urban Pias

https://www.yotanka.net/fr/artists/dise/

En tournée: dates sur le facebook de DI#SE


Aux Francofolies de La Rochelle (c) @ArtisteRevelation

© 2018/2020 by Gilles Medioni