Fils Cara, métal précieux du rap


(C) PE Testard

Une école de cinéma et une expérience en usine. Le rap à coeur ouvert et un livre expérimental écrit à 20 ans. Fils Cara (Marc dans la vie) poursuit son chemin unique dans la chanson-rap sans dieu ni maître, ou alors ceux de la littérature. Ses morceaux instruits aux accents brûlants dressent des hommage à la lune, suivent des chemins de solitude ou à contre-jour. Et la pochette de son E.P, Volume, clin d’oeil à Brancusi, marque son attrait pour l’art contemporain - il a aussi réalisé des installations. L'occasion de soumettre Fils Cara à l'interview Roulette Ruse. Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.


14. Vos chansons vous dévoilent un peu, beaucoup, à 100% ?

Les mots sont un filtre entre le réel et moi, le retranscrire, c’est encore ajouter un filtre. Je me dévoile de manière cryptique dans mes chansons, je livre des séquences visuelles de ma vie, mon état d’esprit… Par contre, difficile de me connaître en me voyant sur scène, là rien de mental, tout est animal.


1. Il y a-t-il une histoire derrière votre nom d'artiste?

J’ai choisi Fils Cara en hommage à ma mère, Cara, diminutif de Carmela. Cara signifie aussi chère en italien. J’ai été élevé dans une famille sicilienne, par des femmes de caractère. Ma mère est la troisième d’une lignée de grandes figures avec Antonina, ma grand-mère, et Rosa-ninfa, mon arrière grand-mère. D'une certaine façon, je suis la quatrième femme.




23. Quels auteurs fondamentaux pour vous?

Dany Dan des Sages Poètes de la rue, pour le rap. Deleuze, Barthes, Foucault, comme penseurs. Jorge Luis Borges: sa manière d’écrire et son humour m’ont influencé. J’ai eu envie d’être auteur de chanson, porté par le format cout de ses projets. Mes clips adressent des références à ses nouvelles.


33. Qu’avez-vous fait de vos 20 ans?

Après mes études dans une école de cinéma de Lyon puis en fac d’anthropologie, je me suis permis une crise d’adolescence: j’ai travaillé en usine avec mon frère, dans une chaîne de froid. Cela m’a inspiré des textes. J’ai écrit aussi il y a quelques années, un livre de poésie à quatre mains avec Florian Salati, qui partait d’une impulsion d’adolescent. 415 pages lâchées en trois mois et éditées à 2 exemplaires nomades, l’un se trouve actuellement en Laponie. Ce sont des poèmes de tous les formats, des nouvelles, avec un travail de mise en page.




29. Davantage d’amies ou d’amis?

J’ai peu d’amis en général, mais en tout cas, la parité est respectée. En tant qu'auteur, je suis plutôt filles: j’ai écrit récemment pour trois chanteuses, Flore de L’Impératrice, Tal et Enchantée Julia.


8. L’époque de la musique que vous préférez.

La chanson rive gauche, pour ses petits orchestres et ses textes. Et mon époque, car elle est portée par l’urgence et le pressenti de fin du monde. Cela dit sans posture romantique.


36. Un accessoire indispensable?

Mon col roulé noir indispensable sur scène. Je le portais déjà durant mes études de cinéma, avec un blazer et des Doc Martens. Comme je trimballais toujours un tas de livres et de dvd dans un tote bag, on me surnommait « le philosophe de la « french theory » ou « Marco de Cannes. »


EP: Volume. (Microqlima). En tournée.




© 2018/2020 by Gilles Medioni