Dans le smartphone de Pierre De Maere



(C) Gabrielle Riouah


La photographie et la mode, ses passions nomades, ont mené Pierre de Maere (prononcez Mare) à la photo de mode - adolescent, c'est à dire hier soir, il publiait dans GQ. Mais aussi à la chanson. Car ce dandy déterminé venu de Belgique célèbre désormais les fêtes galantes de ses 20 ans avec une pop charnelle saupoudrée d’écume de rap avec roulements de r comme romantique. Sa collection de chansons entamée lorsqu’il était aux Beaux-Arts d’Anvers, section photo, ravive ses années lycées à travers Regrets, souvenirs d’une nouvelle de Maupassant étudiée en cours, un morceau animé par la volonté de ne pas vivre de regrets. Ou dresse "une ode au réconfort" à travers Menteur, un menteur lâché par tous sauf sa mère. Plus d'une occasion de lui demander de déverrouiller son smartphone.


En quoi vous sert votre smartphone pour écrire des chansons, choisir des visuels, réfléchir à des clips... ?

A 11, 12 ans, j'utilisais déjà iPod Touch pour Garage band, c'est à partir de cette appli que j'ai commencé à maîtriser les logiciels. Aujourd'hui, j'enregistre les mélodies jouées au piano dans ma chambre, sur mon Dictaphone - j'ai au moins 422 mémos vocaux, parfois longs de 15 minutes. Pour le texte, mon écriture étant illisible, je me sers de Notes. Et grâce à Pellicule, j'archive en continu des moodboards, des screenshots pris sur Insta.





Qui en haut de votre playlist?

Lil Nas X. Je ne suis sur Twitter que pour lui. C'est un génie créatif qui a tout compris du marketing.


Une phrase notée après une soirée, en regardant une expo, un film...

Récemment, j'ai inscrit: "l'amour ne dure qu'une nuit" après avoir passé une nuit en très bonne compagnie. Ma prochaine chanson, Je marierai un ange, est née en visionnant la série Skam en version originale, j'étais sous le charme d'Isak Valtersen. Je suis souvent sous le charme de personnages fictifs qui en général représentent des idéaux.



3 comptes Instagram fétiches?

Je suis fidèle à trois axes: humour, mode et photo. En humour, je suis les comptes de Jérôme Niel, Ludovik, Monsieur Poulpe... J'appartiens à la génération YouTube et les YouTubeurs me font rire assez fort. Pour la Mode, Loïc Prigent a fait ma culture. Son compte est un must. Et Pierre Alexandre M’Pelé (@pam_boy), un autre analyste brillant. La photographie, c'est Marcin Kempski (@marcinkempsi) qui a réalisé la cover du disque de Yelle, Hugo Comte (@hugocomteinspired) qui a signé celle de Dua Lipa...


3 applis incontournables?

Instagram mis à part, je citerai Twitter, inspirant par moment. J'y poste mes réflexions car j'ai très peu d'abonnés, c'est la famille. Vogue Runway Fashion qui reprend les défilés. Et Tinder, une porte ouverte sur l'aventure.



(C) Gabrielle Riouah

Un achat récent sur internet?

Je suis un acheteur compulsif et j'ai le délire très bling bling. En ce moment, je craque sur les manteaux longs et les pulls en maille.


Le hashtag qui vous ressemble?

#makemefamous venu pendant la promotion de la chanson Potins Absurdes. Pour l'occasion, j'avais dessiné une affiche où j'étais au téléphone dans une baignoire sur un fond rose et je l'avais faite tirer à 1000 exemplaires en indiquant trois commandements: prenez cette affiche, rendez-moi célèbre, revendez-là. Et la Covid est arrivé. J'ai toujours les 1000 affiches.


Votre dernière recherche Google?

En pur mégalo, j'ai tapé mon nom. Après Pierre de Maere, on trouve successivement âge, wikipédia, gay, Télérama.


Les disques téléchargés qui tournent en boucle dans vos écouteurs ?

Ceux de Stromae, le meilleur chanteur francophone selon moi. Grâce à mon grand frère Xavier, ingénieur du son, j'ai découvert Supertramp, Elton John, Pink Floyd... qui me plongent dans une ambiance très seventies. Je suis aussi très fan de France Gall, de Polnareff ou des Rita Mitsouko au visuel trop bien.



Label Cinq7

A La Cigale (Paris), le 13 mai 2022.