Dans le smartphone de Morgane Imbeaud


©Goledzinowski

Des tensions et des murmures. Une voix chagrin sur des ballades pleines de relief. Voici Morgane Imbeaud, qui a donné jadis ses belles heures à Cocoon. Depuis, elle a traversé plusieurs autres groupes, célébré Simon & Garfunkel avec Elias Dris et Les Songes de Léo avec le dessinateur des nuits sombres, Chabouté. Son premier album solo, Amazone, s'arrime aux combats féministes et au large d'Oslo. Car c'est en Norvège que la Morgane d'aujourd'hui a trouvé l'inspiration, rejoint sur ce disque de tous les frémissements par Jean-Louis Murat, Mickaël Furnon, Chris Garneau, Renaud Brustlein de H-Burns (à la réalisation) ou Marina Hands, pour Messenger, un duo précieux comme une miniature. L'occasion de lui demander de déverrouiller son smartphone.



En quoi votre smartphone vous a-t-il aidé dans l’élaboration d’Amazone ?

Les photos de mon voyage en Norvège faites avec mon téléphone ont été le point de départ de l’album. J’avais une peur presque enfantine de voyager seule et, l’année de mes 30 ans, j’ai pris un billet pour Oslo, j’ai depuis toujours une fascination pour les pays nordiques. Quand j’ai découvert l’île de Gressholmen, j’en ai pleuré de beauté. La chanson Gressholmen est née à mon retour, dans l’avion, en regardant les photos, en relisant mes notes.





Et Amazone ?

Cette chanson est forcément venue de l’air du temps. Quand il y a eu le mouvement #metoo, j’ai réalisé tout ce que j’avais pu accepter sans m’en rendre compte, par manque d’éducation. J’ai évolué très vite, dès mes 18 ans, via la musique dans un milieu de garçons, on me considérait comme tel et je trouvais ça cool car je cherchais à appartenir à une meute. C'est que je n’avais pas les codes. On ne nous les apprend pas, on ne nous apprend pas forcément à nous aimer en tant que femme. Amazone est un combat féministe et une déclaration d’amour aux femmes.



Quelles autres applis ont contribué à la création des chansons ?

Poetry: on choisit deux thèmes proposés, et des poèmes défilent. Je m’envoie souvent des textos avec des extraits, les lire ressemble à un échauffement avant l’écriture. Sinon, bien sûr, GarageBand et le micro virtuel. J’ai pu ainsi enregistrer des oiseaux dans la réserve naturelle de Gressholmen, le son des bateaux... J’utilise aussi Lightroom pour retravailler les photos. Deux clichés du livret ont été retouchées avec.


Car votre deuxième passion, la photo ?

J’utilise en général un petit Lumix, mais pour ne pas l’abimer en voyage, je préfère mon téléphone qui reste un super outil pour développer ma créativité. J’ai d’ailleurs un compte instagram dédié @morgane-imbeaud-photos. La photo est comme un secret. Et puis elle ravive ma mémoire, moi qui n’en ai pas et qui suis souvent dans la lune, cela me permet de retrouver l’état dans lequel je me trouvais pour créer autre chose, pour raconter une autre histoire avec la même émotion.


Vos applis au quotidien ?

Sur Netflix, je regarde des reportages, des témoignages féminins. L'appli Livres, je lis des extraits avant de les acheter, par exemple, La patience des buffles sous la pluie, de David Thomas, très drôle. La carte du ciel, qui me rassure..


Un SMS que vous n’avez pas effacé ?

Les conversations sont pour moi des cartes postales que j’envoie, j’ai du mal à les effacer en général. Les SMS plus intimes sont enregistrés sur mon ordinateur.


Des comptes d’amis à suivre ?

Marina Hands. J’avais envie d’un duo de femmes, et Marina est libre, indépendante, brillante, drôle, douce, affirmée. Nous avons des amis communs, je lui ai proposé par mail mon envie d'un duo de femmes, et elle m’a répondu ok. L’enregistrement a été plié en une heure. Christophe Chabouté. Je l’ai contacté sur Facebook pour mon projet Les Songes de Léo, et j’avais joint un dossier à mon message. Ses livres, notamment Tout Seul, m’avaient arraché les tripes, et j’avais pensé naturellement à lui pour Léo. Christophe m’a téléphoné, et on a d’abord collaboré à distance, puis chez lui, sur l’île d’Oléron.




Amazone. Roy Music.

Le 12 mars aux Etoiles (Paris). Et en tournée

© 2018/2020 by Gilles Medioni