Dans le smartphone de Charlotte Cardin



Son premier album prévu prochainement devrait lancer le style Cardin, montréalaise, auteur-compositrice. Voix puissance 10 et à la fois tout en retenue. Nature. Sens de la mélodie, de l'espace. L'ancien mannequin, candidate de La Voix (The Voice au Québec), a ouvert le dernier Festival International de Jazz de Montréal devant 45 000 personnes. Et fait sensation aux Francofolies de La Rochelle. A l'occasion de sa tournée d'été, Charlotte Cardin déverrouille son smartphone.


Une appli musique?

Avant un concert, si j’ai un petit trac, j’ouvre Tiny Piano, et repique mes chansons pour m’assurer que j’ai les bonnes notes en tête.


L’appli de l’été?

Duo Lingo. Avec le groupe, on apprend des langues étrangères en tournée. En ce moment, c’est l’italien car deux musiciens vont passer leurs vacances en Italie.


Vos derniers albums téléchargés?

J’écoute beaucoup Case Study 01 le deuxième CD de Daniel Caesar, un chanteur de Toronto, John Mayer fait un featuring dessus. Le best of de Félix Leclerc que j’ai chanté petite. Eddy de Pretto dont j’ai adoré le concert. Angèle…


Des séries regardées sur l’appli Netflix?

Chef Table, qui assure des reportages sur des chefs à travers le monde. J’adore cuisiner et me connecte très souvent sur l’appli NYT Cooking. J’applique leurs recettes, dernièrement un saumon au four avec une croûte au sésame grillée sur une salade d’herbes.




Des comptes de créateurs ou d’artistes que vous suivez?

Celui de (Simon Porte) Jacquemus pour qui j’ai défilé vers mes 17 ans, lui aussi débutait. Je le vois s’épanouir et aller de triomphe en triomphe. Diane Keaton, elle est tellement drôle. J’aime aussi les posts de Nicole Kidman, une actrice d’une grande élégance.


Votre dernière recherche Google?

Après ma visite au musée Rodin, à Paris, j’ai tapé Camille Claudel pour en savoir plus sur elle. Dans la foulée, j’ai regardé le film de Bruno Nuytten, avec Isabelle Adjani.


Le hashtag qui vous a marquée?

#Metoo bien sûr, mais c’est un hashtag qu’on n’utilise pas à la légère. Le moment est essentiel, on commence tout juste à parler de ces abus. Lors du Festival de jazz de Montréal, où je me produisais fin juin, j’ai lancé à un moment : « on joue des chansons intimes, des thèmes assez sensuels, c’est chouette de vous voir tous regroupés comme dans un grand calin. » Et puis, au fil du spectacle, où il y avait 45 000 ou 50 000 personnes, cela m’a travaillé et j’ai ajouté: « je sais que j’ai parlé du grand calin, mais si quelqu’un a un geste déplacé, il faut le signaler à l‘équipe, je ne veux pas de #metoo ici. »



EP: Main Girl (Warner)

Le 16 juillet à Grenoble, dans le cadre du Festival Cabaret Frappé.

Le 25 juillet à Nyon, dans le cadre du Paleo Festival.

© 2018/2020 by Gilles Medioni