Alban Claudin: accords et âme

Dernière mise à jour : juin 26


(C) James Weston

Une mélancolie certaine, mais de la fantaisie aussi. Des flâneries bucoliques, des rêveries cotonneuses et même liquides. Et encore, l'agitation urbaine, le tourbillon des saisons. Alban Claudin qui a signé des musiques à l'image (documentaires, courts-métrages, publicités) retranscrit tous ces voyages émotionnels dans les chapitres d'A long way to happiness, un album au piano solo, composé à l'ombre de Ravel et, bien sûr, de la pop. Car Alba tenait les claviers sur la tournée de Clara Luciani et assurait la direction musicale des concerts. L'occasion de le soumettre à l'interview Roulette Ruse. Une appli, des numéros tirés en aléatoire, chacun correspondant à une question.


8. Une chanson que vous chantaient vos parents ou grands-parents?

Ma mère fredonnait La Gadoue, et pour imiter le clip de Jane Birkin, je sautais dans de grosses flaques boueuses. Je me remets souvent cette chanson pour retrouver l'état d'esprit de mon enfance quand je suis en recherche de mélancolie.

22. L’artiste disparu avec lequel vous auriez aimé jouer?

Gamin, je rêvais de me produire sur scène, de partir en tour bus et d'arriver un jour à jouer avec David Bowie. J’étais tellement fan de sa période 70', début des années 80.




12. Quels posters dans votre chambre d’ado?

Les Beatles et des joueurs de foot. J’ai beaucoup pratiqué ce sport entre 6 et 14 ans, à un niveau national.

9. L’époque de la musique que vous préférez?

J’aime beaucoup l’Angleterre des années 1990, Supergrass, Trainspotting, les films de Guy Ritchie, c’est la décennie de mon enfance. J’entretiens une relation forte avec la Grande-Bretagne, et pas seulement à cause de ma coupe de cheveux. J’aime le caractère british, anti-tout. Je suis même le compte Instagram @britishculturearchive.

(C) Lily Gantelmi d'Ille

13. Un livre offert et re-offert?

Kafka sur le rivage, de Haruki Murakami, un roman à la fois irréel et dans lequel on peut trouver une logique. Je l’ai très souvent offert car il laisse beaucoup de questions en suspens. J’ai une grande attirance pour la littérature et l’art asiatique.


36. Un rituel avant d’entrer sur scène ou en tournée?

J’aime bien porter la même tenue de scène, j’ai l’impression d’être à la maison. J’ai besoin de repères. J’amène aussi en tournée mon oreiller et une taie, cela me renvoie à la réalité.

4. La phrase qui vous accompagne en ce moment?

« Quand on aime la vie, une seule vie ne suffit pas »,une citation de Romain Gary, je crois, entendue dans l’émission Remède à la mélancolie, sur France Inter, consacrée à Marc Lévy.


12. Le disque qui vous a bousculé?

Revolver, des Beatles, découvert à l‘adolescence, a été un disque-pivot qui m'a poussé à entrer de mon plein gré au Conservatoire. Et les disques d'Oasis, le premier groupe que j’ai imité. L'album fondateur pour ma démarche de pianiste a été Piano Solo, de Gonzales. Je me suis dit: " c'est pour toi." Mais quand j’ai découvert Bloom, des Beach House, le temps s’est arrêté. Je l’ai écouté six heures de suite, scotché par le sens des mélodies et des harmonies. J’ai commencé à imaginer le projet d'It's a long way to happiness, peu de temps après. Cela m’arrive encore de me le passer pendant au moins quatre heure d’affilée.

5. Qu’est-ce qui vous inspire?

Le temps, la nature, les grands espaces, voir la route défiler dans le train ou le tour-bus. Et aussi l’agitation de la ville. Le disque est en grande partie né à Sens où j’ai grandi et où je passe un tiers de mon temps. J’habite à cinq minutes des champs, de la forêt. Il a été également enregistré dans une cave, à Barbès, un quartier très animé. Le calme et la tempête. J’écoute beaucoup de musiques au piano sur Spotify, je viens de là, j’ai toujours composé des mélodies.


30. Une rencontre marquante dans votre parcours?

Clara Luciani. Elle cherchait un pianiste le temps des répétitions, et un peu comme dans les films on est, non pas tombés amoureux, mais devenus potes direct. Au fil de ces années passées à ses côtés, je l'ai vu briser des montagnes à mains nues.


It's a long way to happiness. Taktic Music/Masterworks/Sonymusic.

En concert au Trianon (Paris), le 4 juin.

Lire l'évaluation annuelle de Clara Luciani

L'évalution annuelle de Clara Luciani